Partagez :)

La Ville Bague est une malouinière, du XVIIIe siècle située sur la commune de Saint-Coulomb en Ille-et-Vilaine.
Cet édifice fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 28 décembre 1981.

Historique de la Ville Bague

En 1715, la Ville Bague a été construite par Guillaume Eon, neveu de Julien Eon. La famille Eon, riches négociants malouins, avait ouvert de nombreux comptoirs à l'étranger et notamment à Cadix. Un manoir plus modeste se tenait à l'emplacement de l'actuelle malouinière. Le pigeonnier, la chapelle et les murs sont donc antérieurs (fin du XVIIe siècle). Propriété successive des familles Éon (en 1670), Magon seigneurs de la Chipaudière (en 1676), Éon (en 1776).

En 1768, Julie Marie Eon du Vieux Chastel épouse Jonathas de Penfentenyo, Marquis de Cheffontaines. Le marquis de Cheffontaines devient propriétaire de la Ville Bague en 1789. Avec la Révolution, la maison fut abandonnée par ses propriétaires émigrés. La rampe d'origine, fondue en 1794, fut remplacée en 1980 par celle d'une malouinière en démolition du quartier de la Madeleine à Saint-Malo. Après la Révolution, la propriété passe à la famille Esnoul Le Sénéchal qui l'occupe de 1892 à 1946.

En 1975, Jacques Chauveau et sa femme Madeleine achètent la propriété et entreprennent en vingt ans un long travail de restauration de la Malouinière et du parc. Sans subventions mais grâce à la Loi Malraux, la Ville Bague retrouve sa splendeur et est aujourd'hui ouverte au public qui vient du monde entier admirer ce fleuron de l'architecture malouine.

Deux tornades ont dévasté le parc en 1987 et 1999, mais Madeleine et Jacques Chauveau ne perdront pas courage et rendront sa superbe au parc grâce au travail de Jean-François Chauvel, jardinier en chef depuis 1980.

Le pigeonnier carré
Construit fin XVIIe siècle, il n'était encore qu'une orangerie car Julien Eon n'était pas anobli.
Or, le colombier est le principal privilège de la noblesse, signe extérieur de richesse.

En 1715, Guillaume Eon fait surélever cette orangerie qui devient donc un colombier possédant trois cent vingt boulins, ce qui correspondait à cent soixante hectares, la réglementation étant très stricte (deux pigeons par hectare).

Visitez la malouinière de la ville bague en photos :

Partagez :)

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)