Partagez :)

Créhen : principaux repères : (Patrick Pichouron)

Située sur la Côte d'Émeraude, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Dinan, Créhen est une commune littorale du département des Côtes-d´Armor au passé économique et social essentiellement rythmé par les activités agricoles. D'une superficie totale de 1 821 hectares, le territoire communal, bordé par la Manche au nord via l'embouchure de l'Arguenon, est limitrophe des communes de Saint-Lormel et de Saint-Cast-le-Guildo à l'ouest, de Plancoët au sud-ouest, de Corseul au sud, de Languenan au sud-est, de Trégon et de Ploubalay à l'est et de Saint-Jacut-de-la-Mer au nord.

L'allée couverte de la Ville-Genouhan, les traces d'occupation humaine de l'Age du Fer attestées au château du Guildo, tout comme les nombreux éléments de tegulae et de briques gallo-romaines mis au jour en plusieurs points du territoire, témoignent de l'ancienneté de l'implantation humaine sur cette partie du littoral.

Créhen, dont le toponyme est formé d'après Bernard Tanguy avec le breton ker, "ferme, village", et l'anthroponyme breton Ehen ou Hen, est issue du démembrement de la paroisse bretonne primitive de Ploubalay. Mentionnée pour la première fois en 1163 dans une bulle du pape Alexandre III - l'église Saint-Pierre de Cherehen figure alors parmi les biens de l'abbaye de Saint-Jacut -, elle est citée comme paroisse de l'évêché de Saint-Malo en 1271. Créhen, où fut fondée par l'abbé Guy Homéry le 20 octobre 1822 la congrégation des Filles de la Divine Providence, a élu sa première municipalité au début de l'année 1790 et a du échanger avec la commune de Trégon, par ordonnance du 20 juillet 1826, deux fractions de territoire au voisinage du lieu-dit le Bouillon.

Créhen : le patrimoine architectural : (Patrick Pichouron)

La présente enquête a été réalisée au cours des mois d'août et de septembre 2007 dans le cadre de l'opération d'inventaire préliminaire à l'étude du patrimoine des communes littorales du département des Côtes-d'Armor menée conjointement, depuis février 2002, par le département des Côtes-d'Armor et la Région Bretagne (service de l'Inventaire du patrimoine culturel). Elle intègre également les résultats d'une enquête thématique du patrimoine industriel réalisé en 2002 par Marina Gasnier (moulins à farine Riot et de Taillefer).

Cette enquête a permis de procéder au repérage de 195 oeuvres, parmi lesquelles 171 relèvent de l'architecture domestique et agricole, 13 de l'architecture religieuse commémorative et funéraire, 4 de l'architecture des moulins, 4 de l'architecture du génie civil et 3 de l'architecture scolaire et des équipements publics.
La chronologie des oeuvres repérées est comprise entre la fin du 11ème siècle ou le début du 12ème siècle (église paroissiale) et le 3ème quart du 20ème siècle, incluant une forte proportion d'édifices construits au cours du 19ème siècle.

20 oeuvres, dont les restes des châteaux de la Touche-à-la-Vache et du Guildo, protégés au titre de la législation sur les monuments historiques, ont fait l'objet d'une proposition de sélection en fonction de critères d'ancienneté, de qualités architecturales, d'unicité ou de représentativité.



Créhen : le patrimoine littoral : (Guy Prigent)

Le patrimoine littoral de la commune de Créhen se caractérise par son front de mer au niveau de l'estuaire de l'Arguenon, en particulier au 'Vieux port du Guildo'.
Le bâti littoral remarquable sélectionné comprend un collectif de maisons du 'Vieux Guildo', datées du 18ème et du 19ème siècle. L'ancienne fontaine votive de la Ménardais (19ème siècle) a aussi été sélectionnée comme petit patrimoine architectural, lié au circuit des eaux douces.

Les activités maritimes sont représentées essentiellement par la pêche à la civelle pratiquée encore aujourd'hui en bateau. les vestiges des deux anciens carrelets de la 'rivière' (du milieu du 20ème siècle) témoignent de cette technique de pêche non embarquée. Les pêches à pied traditionnelles, disparues aujourd'hui, dont celle de la pêche utilisant la 'have à chevlin', méritent d'être étudiées et signalées, malgré l'absence d'oeuvres. Il n'existe plus d'exemplaire des ancienne gabarres armées par des marins de Créhen, qui transportaient le bois et la marne jusqu'au port de Plancoët. Une étude approfondie de ce patrimoine ethnographique reste à faire.

Partagez :)