Partagez :)

Château du Challonge en Trévron. Construit à l'emplacement d'un château fort, cet édifice conserve une tour à mâchicoulis sommée d'une tourelle polygonale à toit pointu, dont la base remonte au XVe siècle. Deux grandes cheminées ciselées ornent les toitures. Elles sont taillées dans une pierre tendre du pays d'Évran nommée « de jauge ». L'aile ouest témoigne d'une restauration entreprise en 1901 par le propriétaire, et qui reste inachevée. Une légende affirme qu'un souterrain reliait le château au monastère Saint-Magloire de Léhon.

Le Chalonge situé au sud-ouest du bourg, dans la vallée du Guinefort est une des belles demeures historiques des 15e et 16e siècles disséminées dans la campagne de Dinan. L'aspect romantique du château provient de ses façades hétérogènes inachevées de grandes qualités architecturales qui se détachent sur un fonds boisé. Les lucarnes et souches de cheminées en pierre de taille des Faluns figurent parmi les plus belles réalisations conservées sur ce secteur en cette pierre coquillière. Directement inspiré des recueils d'architecture de l'époque, ce travail ornemental savant atteste de la grande maitrise des savoir faire et servira de référence jusqu'à la fin du 18e siècle à un atelier local de tailleur de pierres. Le décor très fouillé des amortissements de lucarnes et souches de cheminées est d'autant plus étonnant que celui-ci n'est pas totalement visible à l’œil nu.

La seigneurie du Chalonge en Trévron apparaît dans les actes dès le 13e siècle. Olivier du Chalonge, qualifié de chevalier, est mentionné dans deux chartes du prieuré de Léhon, en 1253 (Preuves de Dom Morice), puis en 1277 avec son épouse Agnès au sujet d'un accord avec les moines pour leur moulin de Trévron. Leur fils Jean du chalonge est cité en 1304 dans le testament du duc Jean II, pour un legs de neuf livres. Son sceau, apposé à une quittance de l’an 1306, relative à ce legs, représente six molettes d’éperon.

Le fief passe à la famille du Breil dès la fin du 14e siècle, Roland du Breil (1370-1469) qui épouse Olive Chastel est dit, écuyer, seigneur du Chalonge en Tréveron. Leur fils Olivier du Breil comparait à la montre de 1480, où il est précisé ses 800 livres de revenus, somme importante au regard des autres revenus des seigneuries du pourtour de Dinan. Cette famille reconstruit le château-fort dont une des puissantes tours avec chemin de ronde et mâchicoulis subsiste toujours et traduit l'ancienneté et le prestige féodal du lieu.

A la fin du 16e siècle, le château est de nouveau réaménagé afin d'être mis au goût du jour, déploiement des volumes, hautes et plus larges baies rectangulaires, lucarnes à frontons triangulaires décorées d'ordres antiques, hautes souches de cheminées très ornées en calcaire des faluns. La richesse du décor et l'ambition du programme architectural sont sans doute à mettre en relation avec les nouvelles charges et distinctions des du Breil. Rolland du Breil, qualifié de chevalier est cité en 1573 comme chevalier de l'ordre du Roi puis en 1578 comme guidon de la noblesse de Saint-Malo. Un contrat de mariage daté de juin 1580 précise qu'il épouse, en secondes noces, Françoise de Boislehou, fille aînée de noble et puissant messire Jehan du Boislehou, également chevalier de l'Ordre du Roi. Les armoiries de la famille du Breil : D’azur à un lion d’argent, armé et lampassé de gueules entourées du collier de l'ordre de saint-Michel sont placées entre la fenêtre de la salle et celle de la chambre de l'étage et sur les souches de cheminées extérieures. ( Celles de la façade ont été buchées à la Révolution).



D'autres blasons situés au-dessus de la porte d'entrée témoignent de commanditaires plus récents. Albertine de Kerhoënt, dont les armes sont un losangé d’argent et de sable, épouse au Hinglé, le 8 octobre 1895, Pierre-Henri-Rémy Ruinart de Brimont dont les armes sont d'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles d'argent et en pointe, d'un cœur du même ; au chef d'or, chargé d'une rose de gueules. Ce couple entreprendra la restauration du château sans pouvoir mener à terme leur projet de reconstruction de l'aile à gauche de la tour.

 

Partagez :)

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source de base : Wikipedia soumis à évolution intéractive.
Proposer une modification ou un complément d'information ? suivez notre formulaire : (en cours)